jeudi 27 avril 2017

OSTENDE 21



OSTENDE 21 Arthur LOUSTALOT
198 pages aux Editions LES ESCALES DOMAINE FRANCAIS


Adèle et Joseph ont le pouvoir et la grâce de la jeunesse. Amoureux fous.

Une virée en Belgique leur fait découvrir Ostende. Ils dorment dans les anciens thermes, un immense palais défraîchi est faite pour jouer.
Adèle et Joseph ont rendez-vous avec la chance. Ils sont sûrs d'avoir trouvé la formule pour triompher aux tables de black-jack. Il n'y a qu'une condition pour prolonger le rêve : ne pas dépasser 21.
Les amants envoûtés perdent et gagnent. Protégés du monde extérieur, dans les cris électriques des machines et cet instant suspendu où les cartes se révèlent, leur passion exulte. Ils reviendront, c'est une promesse. Alors le piège se referme.


Arthur Loustalot signe un roman déchirant sur l'amour, la jeunesse et l'emprise - sur toutes nos folies.


Mon avis :


Adèle et Joseph avaient besoin de plus... Leurs amis à Paris s'abîmaient d'ennui en respirant une ligne sur un miroir pour s'amuser, pas eux. Ils ont choisi Ostende et le 21, 21, 21 !


Sous le portique, ils avaient échangés un OUI. A la minute même où ils s'étaient vus, ils avaient su. Cet amour flamboyant, ils l'ont fait vibrer, dans la grisaille d'Ostende, intensivement. 

Le Kursaal, le Black-Jack, bien plus qu'un jeu, une dose d'adrénaline. Le besoin de bousculer leurs vies et de la VIVRE intensément. Une martingale pour gagner partout, toujours... Ils peuvent le faire, c'est devenu vital. 
"Carole les questionna sur leur plaisir de jouer. "Vous y allez souvent ?". Et puis : "Mais vous savez que ça peut-être dangereux, je veux dire, addictif ?"

Jim, le croupier, les reconnaît tout de suite, ils sont de ceux qui brûlent leur vie et mettent en danger leur passion pour exister ensemble. On peut tout perdre et s'en sortir, il faut juste essayer. 
La mer ramènera Adèle à bon port, Joseph en est convaincu !

Arthur Loustalot livre cette histoire d'amour ardente où les passions dévorantes du jeu et leurs sentiments sont exacerbés. Il vous laisse croire, parce qu'il ne peut pas en être autrement, que leur amour est plus fort que l'addiction ! C'est ce que j'ai choisi de croire... et vous, qu'en penserez-vous ?!




mercredi 5 avril 2017

ENTRE CIEL ET LOU

ENTRE CIEL ET LOU 
Selection 2017 Prix des Lecteurs
Lorraine Fouchet 367 pages

Bretagne. Jo prévoit de profiter d’une joyeuse retraite sur l’île de Groix. Mais la deuxième vie qu’il imaginait au côté de sa bien-aimée, il devra l’inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi : celui d’insuffler le bonheur dans le cœur de leurs enfants. Il n’a d’autre choix que d’honorer Lou, sa mémoire et ses vœux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l’amour, la mission s’avère difficile mais réserve son lot d’heureuses surprises – car il n’est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s’engueule et, surtout, on s’aime !


En bonus : recettes et postface inédites.



MON AVIS :  Je lui décerne mon prix "tendresse et émotions" 2017.

D'abord il y eut Lou, ciment de cette famille composée et décomposée au gré des blessures de ses membres.

Mais surtout, il y a "ce caillou de huit kilomètres sur quatre, planté au milieu de l'océan". Les Groisillons aiment en pagaille, les Québécois tombent en amour. 

C'est la genèse des romans de Lorraine Fouchet : L'amour de l'île de Groix, ses tempêtes, ses amitiés, ses goélands et la tendresse qu'elle porte à ses personnages cabossés par la vie mais disponibles pour aimer.

Cette histoire pilotée par Lou de "là où on va après", rythmée par l'écho que chacun y apporte est : tendre, douce-amère, vivifiante, lumineuse, tellement humaine. Les fêlures des personnages font le sel de l'intrigue et l'amour ou son manque, le ciment de leurs vies.


Jo, lui, depuis qu'elle s'est éclipsée entend la si belle chanson d'Aubert : "Il manque un temps à ma vie, il manque un temps j'ai compris, il me manque toi, mon alter ego." 

Sait-on si l'on est heureux ? si nos proches le sont ? c'est la question soulevée par ce roman et la réponse qui y est apportée par les personnages est poétique et tendre. 


J'ai lu ce roman en deux petites journées, vous serez captés par l'air iodé et les larmes salées que vous partagerez avec Sarah, Cyrian, Albane, Pomme, Charlotte et par l'incommensurable amour de Lou pour son Piroche.


dimanche 2 avril 2017

MEURTRES POUR REDEMPTION

MEUTRES POUR REDEMPTION de Karine GIEBEL
Editions Pocket 989 pages

Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière.
Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes.
Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l'esprit au-delà des grilles. Grâce à l'amitié et à la passion qui portent la lumière au cœur des ténèbres.
Pourtant, un jour, une porte s'ouvre. Une chance de liberté.
Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n'aspire qu'à la rédemption.



MON AVIS

Brave gens qui vous dites que prendre perpétuité c'est au moins garder la vie et payer sa dette à la société pour les crimes odieux commis, que c'est mérité ! Alors ouvrez ce livre et mangez-vous la gifle monumentale que ce récit vous enverra !

989 pages à enrager contre les injustices, la violence, où vous vivrez les peurs et la rage de Marianne. Cette gamine de 20 ans rongée par le remord, la peine d'avoir perdu Thomas. Obligée à vendre sa seule possession pour faire face à ses addictions : la clope et la dope. Ces rendez-vous du lundi avec Daniel lui donneront la nausée mais paradoxalement seront sa raison de vivre, de tenir.

Vous ne passerez plus jamais devant les murs d'une maison d'arrêt sans penser à Marianne à VM, aux hyènes mais aussi à la Marquise ou à Portier. La violence et la rancoeur ne sont pas à égalité de chaque côté des barreaux, mais elles existent pourtant et peuvent mener à des exactions du côté des matons aussi, la peur est un moteur incroyable. 
Le poète chantait : « Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir » Marianne a pris plusieurs fois perpétuité. Elle a été jugée comme un monstre à figure d'ange malgré cela elle a pu choisir son destin.

Vous donnerez l'absolution à Marianne, pleurerez avec elle sur Clarisse, Emmanuelle, est-elle si mauvaise alors ? Ce roman nous raconte que la noirceur, la haine et la malhonnêteté ne sont pas l'apanage des repris de justice mais parfois du côté des dépositaires de l'autorité mais ce n'est que fiction bien sûr…

Je me suis accrochée à ce livre comme on s'accroche à une bouée dans un océan déchaîné. J'ai été ballottée, souffletée…. J'ai versé des larmes, ai détesté l'auteur de m'avoir laissé croire qu'on pouvait trouver la lumière dans ce puits de noirceur mais si c'était à refaire, je referai ce chemin !
Karine Giébel est un chef d'orchestre hors pair, son requiem m'a touché au coeur !